Hugh Coltman

Shadows - Songs of Nat King Cole. Autumn 2015

Official site of Hugh Coltman. New album Shadows - Songs of Nat king Cole released the 28th of August 2015

 

Biography

Shadows - Songs of Nat King Cole, has been an idea brewing in Hugh's mind for a few years. Cole was one of the Jazz artists that Hugh’s mother often played in the family home and his music became part of the soundtrack of Hugh’s formative years before his mother's untimely death when he was 7 years old.

After having released and toured two self penned albums distinctly pop on Universal records, Hugh toured and recorded with Belgian/Italian Jazz pianist and producer Eric Legnini. This experience gave him the confidence to finally approach Nat King Cole's repertoire.

The idea behind the album was born of Hugh’s intention to shed light upon the darker part of Cole’s life. That of a black musician, active at a time when segregation and racism were rife. Hugh’s idea was to reveal these “Shadows”, rarely if ever evident in Cole’s work. The choice of songs, production and Hugh’s vocal performances on Shadows, rooted in his passion for the Blues, give an undertone of tension, even unease. Notwithstanding Hugh’s original idea, when he came to record the closing title for the album, Morning Star, an ode to a mother’s love, it became clear to him that this project was in fact, much closer to home. 

Shadows… is Hugh paying homage to his mother, through the work of Nat King Cole.

Hugh joined his first band, the Hoax at 19.They were lauded by the British press (Q, Mojo, The Telegraph) for their debut album, played T.V. sessions on BBC's  "Later with Jools Holland" and VH1. The Hoax toured, ferociously, clocking up nearly 1000 gigs in Europe, the U.S. and Canada (including supports with B.B. King and Buddy Guy among others) during their seven year existence. However, after 4 albums and seven years touring and recording, Hugh left The Hoax.

Hugh moved to Paris directly after the end of the Hoax to embrace the unknown. From playing sold out venues in 1999, Hugh threw himself into busking and open mic nights two months later. He was soon noticed by French songwriter/rapper, Spleen (Coco-Rosie, Devendra Benhart) and started the group Heez bus, which gained a formidable live reputation and major label interest before Spleen left for his own project. Hugh had been writing all this time and decided that he wanted to finally go it solo.

“Stories from the safe house” was released in October 2008 on Universal, to great acclaim in French music press (Inrockuptibles, Rolling Stone etc..). Hugh started touring again, clocking up more than 120 shows and T.V. appearances, including a sold out concert at La Cigale, in Paris.

During this touring schedule, Hugh always was writing. Dictaphone, mobile phone, anything to capture an idea. He returned to family life (Hugh became a father for the first time during the "Stories.." tour) and started putting together the pieces that would turn into the next solo album Zero Killed, released in October 2011. While being more richly arranged, the album still hangs around Hugh's greatest love : Melody. 

Biographie

Shadows - Songs of Nat King Cole est un projet que Hugh Coltman mûrit depuis plusieurs années.

Son parcours et le début de sa carrière l'amènent loin des sphères du Jazz. Il mène depuis 20 ans un projet blues : The Hoax avec lequel il continue de tourner, et publie en parallèle deux albums solo résolument Pop chez Mercury (Stories From The Safe House — 2008 ; Zero Killed — 2012) qui font découvrir ce chanteur British, parisien d'adoption, à un public séduit par sa voix unique, puissante et rocailleuse, et sa musique pop / folk sensible et douce.

C'est une rencontre avec Eric Legnini lors de l'émission « One Shot Not » après laquelle Eric l'invite sur la tournée de son projet « The Vox » en 2012. Hugh tourne pendant deux ans et enregistre un album « Sing Twice !» en leur compagnie. Une période clé dans l’élaboration de ce projet autour de Nat King Cole : Hugh Coltman trouve rapidement le moyen d'exprimer tout son talent dans ce style de musique qui connaît pourtant nombre de références et de légendes. Une forme d'émancipation par la scène en quelque sorte, qui fait germer l'idée d'un projet autour d'un répertoire Jazz.

Nat King Cole s'impose alors rapidement à Hugh Coltman, et pour plusieurs raisons : En plein lecture de sa biographie au moment de la préparation de l'album et du choix des titres qu'il souhaite reprendre, il s'interroge sur le quotidien d’un musicien noir américain au tournant des années 40, à une époque où sévissait la ségrégation et où les artistes noirs devaient entrer dans les salles de concert par la porte de service. .

L’intention de Hugh était donc de révéler ces «Ombres », rarement, voire jamais perceptibles dans les choix artistiques de Cole. La sélection des titres de Shadows, la production et les performances vocales de Hugh, enracinées dans sa passion pour le blues, offrent à l’ensemble une nuance de tension, parfois même de malaise. Autour des titres phares du « King » Cole, tels que « Nature Boy » — à l'interprétation mélancolique et aux arrangements épurés — « Are you disenchanted » ou le sublime « Mona Lisa » porté par une nostalgie à fleur de peau, Hugh intègre des titres moins connus comme « Annabelle » ou « I Never Had a Chance ». Une véritable performance vocale, pleine d'une émotion pudique, d'une sensibilité juste et touchante, tant Hugh Coltman s’approprie ce répertoire à travers le prisme de ses racines blues et pop.

Hugh fait appel à Eric Legnini pour la réalisation artistique après un travail commun autour des arrangements. Treize titres qu'il a souhaité enregistrer dans des conditions live pour retrouver ce grain et cette ambiance des enregistrements de l'époque. Un album qui s'inscrit pourtant dans une forme de continuité puisqu'on y retrouve l'univers de Hugh Coltman et une certaine cohérence artistique avec ses précédents projets. 

Dernier jour de studio : dernier morceau. Gael Rakotondrabé le rejoint au piano pour les prises de « Morning Star » : une ode à l’amour d’une mère pour son enfant. Il lui est alors clairement apparu que ce projet le concernait bien plus personnellement qu’il ne l’avait imaginé. Il lui revient aux tripes que Cole était l'un des chanteurs que sa mère écoutait si souvent dans sa maison familiale avant sa disparition prématurément quand il avait sept ans. 

Et ce n'est qu'a ce moment que Shadows - Songs Of Nate King Cole, se révélé finalement comme un hommage à sa mère… à travers la musique de Nat King Cole.